Réduire les déchets, un impératif

REDUIRE LES DECHETS ,UN IMPERATIF !!! .

Il est nécessaire de réduire les déchets pour de multiples raisons :
 pour soulager nos finances. En effet, la collecte des déchets par la Communauté de Communes, et le transport et le traitement des déchets par le SYMTOMA ont un coût. Et plus il y a de déchets, plus le coût est élevé.
 pour soulager notre environnement. Tous les déchets produits doivent être transportés, et traités. Cela induit diverses pollutions qu’il est possible de limiter en réduisant les quantités de déchets.
Les déchets non recyclables
Il existe plusieurs solutions pour réduire les déchets, notamment les non recyclables. Une étude du Conseil Général a permis de voir ce que contient la poubelle grise, et de voir comment la réduire. Voici les résultats de cette étude.
Trier et composter permettent de diminuer fortement les déchets non recyclables. Fabriquer certains produits (yaourts), utiliser de la vaisselle réutilisable au lieu de la vaisselle jetable sont également de bons gestes de réduction des déchets.
Les emballages recyclables
Pour réduire les emballages recyclables, plusieurs gestes peuvent être mis en place :
 prendre des produits en vrac pour limiter les emballages ;
 privilégier les emballages recyclables ;
 apposer un stop pub sur sa boîte aux lettres pour ne plus recevoir de prospectus (autocollant disponible en mairie, à la Communauté de Communes ou au SYMTOMA) ;
 utiliser un cabas plutôt que des sacs jetables ;
 privilégier les gros conditionnements ;
 boire l’eau du robinet ;
 faire ses produits (jus de fruits, gâteaux, …).
Les végétaux
Les tailles de haies, tontes de pelouse, et autres végétaux produits dans nos jardins peuvent être valorisés sur place, au lieu d’être déposés à la déchèterie. La commune de St Bauzille de Putois se montre déjà exemplaire dans ce domaine, étant donné qu’elle met à disposition des habitants, un espace pour broyer les végétaux, et les composter. Une bonne pratique qui économise les coûts en supprimant la réception de ces produits en déchèterie, et leur transport.
Mais comme le dit l’adage, « on peut toujours faire mieux », et éviter le coût du broyage de ces végétaux. Comment ? En les gardant sur place, dans notre jardin : en les broyant et en les compostant grâce au composteur de jardin mis à disposition par le SYMTOMA, en partenariat avec la Communauté de Communes et les communes.
Les tontes de pelouse peuvent en effet être compostées, à condition de ne pas les mettre en une seule fois dans le composteur, et de les mélanger aux autres produits déjà présents dans le composteur, pour éviter de créer des amalgames de déchets. Les branchages ou les brindilles peuvent aussi être déposés dans le composteur, permettant ainsi de créer des poches d’air et favorisant ainsi le processus de compostage. Pour en savoir plus sur cette technique, consulter le site internet du SYMTOMA (www.symtoma.org).
Si vous avez un broyeur de végétaux, il est également possible de broyer vos branchages, et d’utiliser le broyat ainsi obtenu, pour pailler autour de vos plantes et arbustes. Cela permet de garder l’humidité et de limiter les arrosages, tout en ralentissant la pousse des herbes indésirables ce qui évite les produits agressifs de désherbage, tout en apportant des nutriments supplémentaires au sol.
Les déchets diffus spécifiques (déchets dangereux)
Plus les déchets sont nombreux, plus ils coûtent chers. Mais plus ils sont dangereux, plus ils coûtent chers aussi !
C’est pour cela qu’il est nécessaire de réduire la nocivité de certains déchets, en choisissant des produits certifiés NF Environnement, ou avec l’écolabel européen.
Dans le jardin, certaines pratiques permettent aussi de limiter l’usage de produits nocifs pour la santé et l’environnement. Par exemple, il est possible :
 d’alterner les cultures, pour que les maladies ne restent pas au même endroit dans le jardin ;
 d’utiliser du compost au lieu d’acheter de l’engrais ;
 d’utiliser de la sciure, du marc de café ou de la cendre contre les limaces ;
 de faire un mélange de terreau et de marc de café pour lutter contre la mouche de la carotte ;
 de mettre du cerfeuil émietté, de la cannelle ou du marc de café pour éloigner les fourmis ;
 de faire venir des auxiliaires (qui se nourrissent ou atténuent l’effet des animaux ravageurs), comme le hérisson, les grenouilles ou les oiseaux, …
A la maison, il est aussi possible de fabriquer certains produits d’entretien, avec du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude et des huiles essentielles (de nombreuses recettes sont disponibles sur internet).
Donner, réutiliser, réemployer, réparer, au lieu de jeter
Nous souhaitons tous nous débarrasser de certains objets en bon état, car nous n’en avons plus l’utilité ou parce qu’ils ne nous plaisent plus (vêtements, meubles, vaisselle, jouets, ...).
Cependant, ces objets peuvent intéresser d’autres personnes. Au lieu de jeter ces objets à la déchèterie, pensons à les proposer à notre entourage, ou aux associations
caritatives locales : ils souhaiteront peut-être récupérer ces objets.
Tout savoir sur le tri des déchets !
Le tri des déchets suscite de nombreuses questions. Pour en savoir plus, voici les réponses aux questions les plus fréquentes. Et si vous ne trouvez pas la réponse ci-dessous, n’hésitez pas à contacter la mairie, la communauté de communes ou plus directement le SYMTOMA.

COMMENT BIEN TRIER

Voici un petit rappel des consignes de tri. N’hésitez pas à récupérer le guide du tri disponible en mairie, à la Communauté de Communes ou sur le site internet du SYMTOMA (www.symtoma.org).
Dans les emballages recyclables (les sacs et bacs jaunes), il faut déposer :
Attention, ne vont pas dans la poubelle jaune :
 les pots de yaourt et de crème fraîche ;
 les boîtes en plastique transparents (pour les viennoiseries, les légumes, …) ;
 les barquettes en polystyrène ;
 les mouchoirs en papier et l’essuie-tout.
Dans le verre, il faut déposer :
Attention, ne vont pas dans la poubelle jaune :
 les ampoules ;
 les miroirs, vitres, pare-brise ;
 la vaisselle.
A NOTER : il est inutile de laver les emballages avant de les jeter, il suffit de bien les vider.
Et le reste ?
Certains déchets doivent être déposés en déchèterie, soit parce qu’ils suivent une filière de traitement spéciale (déchets électriques ou électroniques, déchets dangereux, végétaux, ferraille, bois, cartons, meubles, …), soit parce qu’ils sont trop volumineux.
Les déchets non recyclables, qui ne vont pas à la déchèterie, sont quant à eux jetés dans les ordures ménagères résiduelles (poubelle grise).
Où vont les déchets ?
Les emballages recyclables (la poubelle jaune) sont collectés par la Communauté de Communes, via les sacs ou bacs jaunes. Puis, ils sont emportés au centre de tri de Liouc où les principales matières sont séparées en vue de leur recyclage (acier, aluminium, bouteilles en plastique selon leur couleur, cartonnettes).
Pour en savoir plus, regarder le film du centre de tri (www.symtoma.org).
L’emballage en verre suit un circuit différent puisqu’il est trié à la base par les habitants dans les colonnes d’apport volontaire disséminées sur l’ensemble du territoire. Il est ensuite emporté à la verrerie du Languedoc, à Vergèze, où il sera transformé à nouveau en emballage en verre. Le verre est indéfiniment recyclable.
Les déchets de déchèterie suivent différents parcours. Pour le détail, là-encore, consulter le site internet du SYMTOMA.
Et enfin, les déchets non recyclables sont en grande partie traités soit à l’unité d’incinération des déchets non dangereux de Vedène (à côté d’Avignon), soit sur le centre de tri mécano-biologique de Salindres (à côté d’Alès), dans le cadre du contrat actuel de prestations.
Plus je trie, plus je paie … alors pourquoi trier ?
Parce que cela permet de limiter l’augmentation du coûts des déchets ! En effet, les efforts faits par chacun pour trier les déchets ne sont pas visibles sur les factures, mais si tout le monde arrêtait de trier, l’effet serait immédiatement visible … et NEGATIF !
Les déchets triés apportent une recette à la collectivité. Et cette recette permet de participer au financement du coût des déchets, qui ne cesse d’augmenter, notamment à cause de l’évolution des taxes et des réglementations techniques sur le traitement toujours plus contraignantes.
Alors continuons de trier pour soulager notre portefeuille !