Compoix de 1567 : Sainct Bauzely de Putueis (conservé en mairie)

compoix de1567

Saint-Bauzille s'est formé autour de son église. (c'est ce que les historiens appellent un village ecclésial )
Au début du XIe siècle ses habitants dispersés dans les mas, se sont regroupés spontanément à l'intérieur de la zone protégée que constituait l'enclos paroissial, certainement pour échapper aux exactions des soldats des féodaux et protéger leurs récoltes.
Ce périmètre sacré, placé sous la protection juridique de l'église, refuge occasionnel au départ, est devenu un lieu d'habitation permanente.
L'extension du village s'est faite dans un premier temps autour de cet enclos paroissial, puis aux XVIIe et XVIIIe siècle le long de l'axe principal que constitue la grand rue.

Une longue histoire commencée avec la villa Pedoxinis en 999.

Sources Catherine Gay Petit , dont vous pouvez consulter les travaux complets sur la formation et l'évolution du village ici:   Histoire de Saint-Bauzille du X ème au XX ème siècle



 Les berges de l’Hérault ont été animées dans le passé par les femmes qui venaient laver le linge, les pêcheurs professionnels et quelques chercheurs d’or. L’orpaillage y fut particulièrement actif du Moyen-Âge à la fin du XIXe siècle. En 1989, un plan d’eau, une esplanade et un espace de spectacle ont été aménagés.

Dans les années 1900, St Bauzille de Putois compte de nombreux commerces (boulangeries, boucheries, cafés, maréchal-ferrant, forgeron, épiceries, coiffeurs, cordonnier...). Les habitants vivent de l’agriculture (maraîchage et viticulture) et des industries. Le secteur industriel est caractérisé par des distilleries de plantes aromatiques en 1860 et 1900, une usine à chaux et ciment en 1868, des moulins à huile, et surtout, des filatures de soie. La région connaît un essor économique important grâce à l’industrie du bas de soie. Le village recense, entre 1859 et 1876, trois filatures. Avec la crise de la sériciculture, les filatures déclineront jusque dans les années 50, pour fermer leurs portes, dans les années 60 à cause de la concurrence d’une nouveauté : le bas nylon. Néanmoins, la tradition de la bonneterie demeure grâce à l’usine de fabrication artisanale de bas, « Sotexmi-Clio » qui produit des bas en nylon. Actuellement, la commune bénéficie de ses atouts naturels qui offrent un panel d’activités de pleine nature telles que l’escalade, la spéléologie, le canoë kayak ou encore la randonnée.

Sources : « Mémoire et Images d’un village de l’Hérault : Saint Bauzille de Putois » par D. Aubin, « Promenades à pied autour de la Grotte des Demoiselles » par D. Dainat, « Les orpailleurs de Saint Bauzille de Putois » par C. Tricou et des numéros de Lo Publiaïre.

 

Consultez également les Archives départementales de l'Hérault
Site du Domaine départemental de Pierrevives